Les facteurs de risque et les adolescents

De nos jours, les ados aiment repousser leurs limites et prendre des risques. Est-ce le cas de ton ado? Je vais te dire le pourquoi du comment dans cet article.

Pourquoi ton ado aiment repousser ses limites et prendre des risques ?

Ton ado a envie de prendre des risques, c’est normal car c’est la période de l’adolescence qui veut ça.  Il teste ses limites, ton ado flirte avec le danger car il veut se détacher de sa période de l’enfance. Quand ton ado était enfant, tu étais toujours à ses côtés pour le prévenir des risques qu’il pourrait rencontrer mais aujourd’hui, il est libre et seul dans la nature ce qui lui donne envie de tenter des expériences, de choses différentes et ça aucun parent, ni même toi ne peut y échapper

Ce comportement est tout à fait normal, cela fait partie du cursus de l’adolescence, bien sûr, tu seras toujours présent(e) pour le prévenir des gros risques ou de lui rappeler certaines règles mais évite la surprotection. Pourquoi ? Si tu le surprotège, un moment ou un autre ton ado va vouloir tenter des expériences, petites comme grandes, et ces dernières peuvent être fatales pour ton ado. Tu ne peux ni l’attacher, ni l’enfermer. Il va falloir que tu le laisses faire.

Les 3 principaux facteurs de risque

  • 1er facteur : L’alcool

Certains jeunes, dès l’âge de 13 ans, s’adonnent à la boisson, ils boivent souvent en groupe, entre amis et le principe est de s’alcooliser le plus rapidement avec des alcools forts tel que la vodka, du whisky ou du rhum : on appelle ça le “Binge Drinking”.

Facteurs de riques alcool

Pourquoi les jeunes boivent comme cela? C’est pour s’amuser, pour se sentir mieux, pour chasser toutes les contraintes qu’ils peuvent avoir, que ce soit dans la famille ou au niveau de l’école ou pour vaincre une timidité. Mais ce n’est pas sans conséquence. Chez les filles, plus que les garçons, cela peut les mettre en très grand danger car une fois bien alcoolisées, elles ne se rendent pas toujours compte de tout ce qui se passe autour d’elles. Des agressions peuvent arriver dans ce cas là, des agressions sexuelles ou bien des attouchements. Ce genre de situation les renferme dans une peur ou encore dans une honte et ce n’est pas forcément évident d’en parler.

Que faire en tant que parent par rapport à l’alcoolisation de ton ado ?

La première réflexion que tu dois avoir est quelle est ta relation avec l’alcool ? Est ce que tu bois tous les jours? Fais-tu souvent des apéros entre amis? Dans ces apéros, es-tu à chaque fois dans un état second qui faire rire tout le monde même ton ado? Donnes-tu une bonne image de l’alcool à ton ado ? Il faut évidemment prendre tout ça en compte avant d’en discuter avec ton ado. Tu es un exemple pour ton ado, tout ce que tu fais, il le fera et tout ce qu’il voit, il le reproduira. Si tu lui empêche de boire alors que c’est ce que tu fais, tu ne seras pas crédiblePour être crédible, il faut être exemplaire pour ton ado.

Apprendre que son ado s’alcoolise jusqu’à ne plus se rendre compte des choses n’est pas toujours simple à accepter. Si un jour, ton ado rentre ou que tu le vois bourré, ne discute pas avec lui pour lui faire la moral, il est alcoolisé cela ne servirait à rien à part créer des tensions et faire une discussion composée de cris, menaces et sanctions. Attends que les choses se calmes et que l’état de ton ado redescende. 

Une fois que ton ado ait récupéré son état normal, tu vas pouvoir discuter avec lui, dans le calme, pour ne pas qu’il s’énerve et soit fermé à toute conversation. Tu devras lui dire que ce n’est pas bien et pas bon pour sa santé le fait de d’alcooliser jusqu’à ne plus se rendre compte de ce qu’il fait et qu’il devrait faire attention et se contrôler pour les prochaines fois parce que tu n’accepte pas l’état dans lequel il se met.

On a tous le droit à l’erreur, tu peux laisser passer cette première erreur. Rappelle-toi que tu as aussi été ado et que tu as appris de tes erreurs, même aujourd’hui en tant que parent on fait encore des erreurs.

Quand ton ado sortira, pour la prochaine fois, réexplique-lui les dangers qu’il peut y avoir, lui dire à chaque fois de faire attention à lui et surtout lui demander l’adresse de là où il sera au cas ou il y aurait un problème.

  • 2ème facteur : La drogue.

Il faut savoir qu’1 ado sur 2 a déjà consommé du cannabis. 

De nos jours, il est très facile d’en trouver, on peut en trouver devant le collège, à l’intérieur des établissements scolaires ou encore dans les coins de rue, en plus de cela les prix ne sont pas non plus excessifs, on peut trouver du cannabis pour pas cher. Les jeunes, les ados, sont des cibles faciles pour les vendeurs de drogue car ils ont bien souvent de l’argent de poche sur eux.

Facteurs de risques drogue

Le cannabis est considéré comme une drogue douce, effectivement, bien souvent les ados quand on leur parle du cannabis, ils nous font référence au cannabis utilisé en médecine pour soigner ou soulager les personnes malades. Certes la médecine utilise un même produit mais ce n’est pas du tout la même administration et le même produit. À ce fait, les ados trouvent qu’en parlant de cette manière ils véhiculent un message qui raconte que la drogue n’est pas dangereuse.

Dans certains pays, la consommation de cannabis est légalisée, les jeunes nous demande souvent pourquoi ce n’est pas le cas en France ? Ils vont aussi faire référence à l’alcool, pourquoi est ce que l’alcool est légal mais pas la drogue ? C’est un grand débat.

Le cannabis est une drogue qui amène à une addiction et cela peut être dangereux. À partir du moment où l’on est fragile, faible, on ne va pas savoir réguler sa consommation et on va partir dans l’excès, plus on va prendre du cannabis plus on est plausible de tomber dans les drogues dures.

Les jeunes revendiquent aussi la consommation des années précédentes tel que les années 60-70, ils disent qu’avant on ne disait rien aux jeunes et leurs consommations d’herbe. Il faut savoir que l’ère des années 60-70 n’est pas du tout la même de celle d’aujourd’hui, cela a été prouvé scientifiquement. Il y a 30% de THC en plus dans le cannabis d’aujourd’hui. Le THC c’est quoi ? C’est le Tétrahydrocannabinol, cela agit sur les neurones et provoque des troubles irréversible tel que la schizophrénie. Il y a un certain nombre de jeunes qui partent faire des séjours à l’hôpital, à l’unité médico-psychologique. 

L’unité médico-psychologique est réservée aux personnes qui ont des problèmes au niveau cérébrale, c’est quand le cerveau ne va plus du tout. Si le cannabis est interdit ce n’est pas pour rien, il ne faut pas tenter le diable.

Si ton ado est un consommateur régulier, ce qu’il faut faire est aller voir ton médecin traitant pour en parler avec lui, le conseil que j’ai à te donner et de ne pas rester dans le cabinet avec eux, laisse les parler entre eux sur le sujet. Ton ado sera peut être plus confiant de parler si tu ne restes pas discuter avec lui et le médecin car parfois on peut se sentir plus à l’aise d’en parler à quelqu’un d’autre que ses parents. Pourquoi le médecin car ce dernier va pouvoir diriger ton ado vers un spécialiste au niveau des addictologies qui vont l’aider à arrêter de consommer du cannabis.

Pour plus d’informations sur le sujet, je te conseil d’aller voir l’article sur les drogues : https://gerermonado.fr/comment-aborder-la-drogue/

  • 3ème facteur : Le comportement Ordalique.

Qu’est ce qu’un comportement Ordalique ? Cela désigne les actions hautement risquées pratiquées par un individu qui aime jouer avec la mort afin de se sentir vivant.

Facteurs de risques ordaliques

Ce comportement est présent chez un certain nombre de jeunes, je vais t’expliquer ce qu’il se passe dans la tête de ces jeunes là, l’accumulation des facteurs et comment prévenir ce comportement et notamment ton rôle au niveau de ces comportements.

Un jour, des jeunes se sont lancés un défi, ce dernier était de sauter le plus loin possible avec leur vélo dans une rivière et un de ces jeunes s’est attaché les pieds aux pédales du vélo et arrivé dans l’eau il n’a pas su se détacher et est décédé, noyé au fond de la rivière. Cet histoire est un type de comportements Ordalique.

Le but est de ne pas éviter le danger, il est prévu et désiré. Les caractéristique de ce risque est le plaisir instantané, c’est-à-dire qu’on on va agir dans la minute et c’est en ce moment qu’on se met en danger. C’est une absence de précaution pour soi-même ou pour les autres.

Qu’est ce recherche le jeune ? Des sensations extrêmes. C’est le fait de vouloir défier la mort, qu’est ce qui fait que le jeune ait ce besoin là ? 

Il cherche peut-être à enfouir une souffrance et libérer celle-ci, il va se mettre en danger car il en a marre ou bien cela peut être un défi poser par des camarades.

Se frotter au danger peut être une défaillance narcissique importante, un manque de confiance en soi ou un sentiment d’inutilité et pour prouver le contraire, le jeune va vouloir prendre des risques et tester ses limites physiques et psychologiques.

Quand on regarde à la télévision ou dans les jeux vidéo, on voit énormément de  spectaculaire. Par spectaculaire, je veux dire voir des personnes prendre des risques, faire  des cascades et bien souvent, les jeunes veulent en faire autant, ils veulent vivre ces moments intenses.

Comment un jeune en arrive là ? Il en arrive là parce qu’à la maison, il a le droit à un discours préventif récurrent de la part du parent qui sait les dangers alors que le jeune, lui, ne le sait pas alors il veut montrer et prouver qu’il est aussi fort qu’il ne l’est vraiment.

Cela peut être due aussi à une protection parentale excessive, cela bloque la créativité de ton ado.

Le jeune va vouloir faire des expériences, découvrir par lui-même des sensations extrême, ces envies peuvent aussi venir due à un choc psychoaffectif, c’est-à-dire la perte d’une personne donc un deuil, d’un membre de la famille, d’un ami proche ou bien d’un animal, à une déception amoureuse également. Cela nous amène à faire n’importe quoi.

Toi, en tant que parent, tu dois te poser certaines questions pour savoir si les risques que peut prendre ton ado : est-ce que ce sont des risques régulier ? est-ce que ces prises de risques durent depuis longtemps ? est-ce que ces risques sont accompagnés de troubles ? est-ce que ton ado est entrain de chuter au niveau de ses résultats scolaire ? est-ce que ton ado est triste

Il faut bien savoir tout ça à propos de ton ado, il faut le surveiller. Les ados commencent à prendre des risques notamment à partir du collège et continue au lycée.

Ce genre de comportements commencent toujours par des excès de sucreries, ils vont commencer à boire, à se droguer et même peut-être se faire peur en allant sonner et partir en courant, ça peut être aussi aller en boîte de nuit avec la carte d’identité d’un majeur pour pouvoir rentrer. 

Ensuite, certains jeunes vont chercher autre chose un peu plus fort, cela peut être des rituels, une dépendance, ils vont vouloir se sentir autonome et vivre d’autres choses seul qu’avec ses parents.

Pour éviter ces prises de risques, tu vas devoir guider ton ado, le conseiller, être là pour lui, tu vas devoir lui donner des règles et lui rappeler celles de sécurité. N’oublie pas aussi de lui rappeler la dangerosité des risques qu’il pourrait prendre.

Les activités conseillés pour éviter la prise de risque seul

Si tu as un ado et que tu vois qu’il aime le risque, tu peux l’inscrire ou l’emmener à des jeux extrême tel que la motocross. 

Une fois que ton ado est sur la moto, on l’emmène dans des endroits qui font vraiment peur, je peux vous dire que lorsqu’ils sont tout seul sur la moto, ils limitent leurs risques parce que  lorsque l’on tombe on se fait très mal. 

Cette activité est sécurisé, les ados sont accompagnés par un moniteur.  

Tu peux proposer à ton ado également de faire un saut en parachute s’il aime le vide et les grandes sensations. C’est pareil pour un ado qui aiment rouler vite en voiture, offre lui un stage de conduite sur circuit.

Avec ces activités, tu verras que en plus d’aider ton ado à faire ce qu’il a envie, cela va apporter une complicité entre toi et lui