Sélectionner une page

Crise d’adolescence, adolescent difficile, adolescent agressif…

Si vous lisez ces lignes, il y a des chances que vous soyez un parent d’ado désemparé, décontenancé, épuisé…

Et si c’est le cas, il y a également de fortes chances que vous ne soyez pas très épanouis dans votre rôle de parent…

Fatigue, ras-le-bol, manque de reconnaissance, manque de confiance, angoisse, doute…

Je suis dans le vrai ?

  • Comment changer la relation avec votre ado ? 
  • Comment gérer la crise d’adolescence ?
  • Comment gérer un adolescent difficile ?
  • Comment mettre en place concrètement des actions qui vont solutionner vos problèmes ? 
  • Et que faire quand vous êtes à bout ?

Je m’appelle Philippe, et je suis papa de 4 grands ados.

Adolescent difficile que faire ?

J’interviens dans les conflits intra-familiaux depuis 31 ans et j’ai vu les situations se dégrader avec le temps.

Avec toute cette expérience, cette expertise, j’ai voulu en faire profiter au maximum de parents souffrants de situations difficiles avec leurs ados.

Depuis 2018, j’ai créé un blog sur lequel j’aide les parents d’ados à gérer la crise d’adolescence de leurs enfants.

Comme vous peut-être, j’ai été confronté à des événements, des incompréhensions, ces crises et j’ai dû avec mon épouse m’adapter en permanence aux situations.

Je ne trouvais pas forcément les réponses à mes questions et j’ai eu envie de baisser les bras par moment.

Quand on est parent, on culpabilise beaucoup car on essaie de faire du mieux possible, on essaie d’être parfait mais c’est impossible.

Grâce à mon expérience professionnelle puis mon expérience familiale, j’ai réussi à accompagner mes ados puis de nombreux parents d’ados à traverser cette période de l’adolescence sans dégâts.

Je lisais dernièrement que les parents vivaient une bataille avec leurs ados.

Quand il y a des batailles, il y a toujours des dommages collatéraux c’est pourquoi avec mes conseils, il n’y a pas de batailles bien au contraire, on est dans le même camp et on avance ensemble avec les ados.

Dans cet article, je vais vous expliquer :

  • comment j’ai pu identifier mon propre style de parentalité
  • pourquoi le parent encadrant est le meilleur style de parentalité
  • comment j’ai renoncé à devenir un parent parfait sans culpabiliser
  • comment je suis passé d’un parent permissif à encadrant en quelques étapes

Allez, on s’installe confortablement avec un petit café ou une tisane, on n’oublie pas de mettre son téléphone en sourdine pour ne pas être distrait et c’est parti ! 🙂

Première étape : Savoir qui vous êtes

La première étape pour devenir un parent encadrant et bienveillant est très importante.

C’est de commencer par savoir quel type de parent vous êtes ! Il s’agit de s’auto-analyser.

Vous connaissez très certainement la mode de la « parentalité », très populaire dans les médias.

Mais ce que vous ne savez peut-être pas c’est qu’il existe 4 types de parentalités majeurs.

  • Le parent Autoritaire
  • Le parent Permissif ou Laxiste
  • Le parent Encadrant ou Directif
  • Le parent Négligeant ou Non impliqué (Nous n’en parlerons pas car il est supposé que si vous lisez cet article, vous n’êtes ni négligent ni non impliqué.) Bien souvent, les enfants de ces parents sont placés dans des familles d’accueil.

Vous pourrez retrouver sur internet une panoplie d’autres styles de parentalité. Mais pour ma part, nous n’allons nous focaliser que sur ces 4 types pour vous décrire mon propre style.

Si vous ne vous reconnaissez dans aucun de ces types de parents (ce qui m’étonnerait) voici d’autres exemples de style de parentalité.

Petite précision !

Cette première étape pour connaître votre style de parentalité n’est rien d’autre qu’un guide. Oui, il s’agit pour moi de vous guider et non de vous mettre dans une case “parent X” ou « parent Y”.

Chaque famille est différente, et les relations se déroulent par phases. Il ne s’agit donc pas d’une évaluation complète ou absolue de votre rôle de parent.

Adolescent difficile

Les styles parentaux (source : Wikipédia)

De mon côté je suis passé d’un parent permissif à parent encadrant. 🙂

A savoir : Le style d’éducation reçu durant votre enfance peut influer sur votre attitude envers vos enfants. Certains parents reproduisent ce qu’ils ont vécu, d’autres font tout le contraire.

Exemple : Un parent ayant eu une éducation autoritaire peut devenir un parent permissif/laxiste.

En gros, le style parental est une façon de définir les principaux traits de caractère qui déterminent la façon dont les parents élèvent leurs enfants ou leurs adolescents.

Basée sur des recherches approfondies, la liste des styles parentaux et leurs descriptions associées sont des descriptifs largement répandus pour décrire les approches parentales et leurs conséquences.

L’un des facteurs les plus importants dans le développement social, émotionnel et scolaire des adolescents est la relation qu’ils entretiennent avec leurs parents.

Prenez un moment et essayez d’analyser la relation que vous avez avec votre ado. Est-ce une relation conflictuelle, amicale, inexistante, désintéressée…

Votre style de parentalité contribue largement à déterminer la qualité de votre relation avec votre adolescent.

Prenons un exemple.

Un de mes ados, Lucas, voudrait aller en soirée avec ses copains de classe.

En étant un Parent Autoritaire : voilà ce que je lui aurai dit :

« Non Lucas. Tu ne vas nulle part. Tu restes à la maison. Je ne connais pas tes amis. En plus, tu as un contrôle lundi donc tu vas réviser tes cours et faire des exercices pour la semaine prochaine. »

Conclusion : Lucas sent que je ne lui fais pas confiance, que je ne lui laisse pas le choix. Il sent également que je ne m’intéresse pas à ses amis et le besoin d’aller les voir. Que peut-il faire ? Il pourrait sans doute m’envoyer balader, m’insulter, ou pire encore faire le mur.

En étant un parent permissif, voilà ce que je lui aurai dit :

« Ok, à tout à l’heure et amuses toi bien ! Je travaille demain donc ne fais pas de bruit en rentrant stp »

Conclusion : Lucas peut aller où il veut, faire ce qu’il veut avec qui il veut. Il peut rentrer à 23 heures comme à 4 heures, dans tous les cas personne ne sera au courant de rien. Que peut-il se passer ? Il pourra créer ses propres règles et ses propres limites. Lorsqu’il sera dans une mauvaise situation, il se fiera à son propre instinct plutôt qu’à sa mère ou son père. En adoptant ce genre de posture, je l’incite à avoir des comportements à risque. Drogue, alcool…

En étant un parent encadrant, voilà ce que je lui dit :

« Ah c’est cool cette soirée mais j’aimerai comme d’habitude en savoir un peu plus. Peux-tu m’expliquer cette soirée. Elle est organisée par qui et j’aimerai avoir l’adresse. Je connais les amis avec qui tu seras ? Tu veux que je te dépose ? Tu as prévu de rentrer à quelle heure ? Si il y a un problème appelle moi et je viens te chercher ok ? Passe une bonne soirée et amuses toi bien. »

Conclusion : Lucas sait que je m’intéresse à ce qu’il fait, avec qui il est et où il est. Évidemment au début ces questions ne vont pas lui plaire. Mais c’est d’un commun accord. Au fil du temps, Lucas n’hésitait plus à me dire exactement ce qu’il allait faire et avec qui il allait. Il me parlait même de ses amis, comment ils allaient etc…et je m’intéressais à ce qu’il pouvait me dire. Je lui demandais même de temps en temps des nouvelles de ses amis(ies). C’est très important pour eux. En procédant ainsi j’ai une véritable relation de confiance avec lui. Il sait également qu’il peut me faire confiance et m’appeler à tout moment s’il y a un problème.

Vous l’aurez compris.

Le parent encadrant ou directif, est le style de parentalité que vous devriez adopter si vous voulez gérer un adolescent, qu’il soit difficile ou non.

Votre ado sera plus autonome et indépendant.

On va approfondir cette qualité que tout parent doit avoir et laissez moi vous servir un cocktail 😂

Voici le cocktail parfait pour devenir un parent encadrant ou directif :

Ado difficile

Comme vous pouvez le voir, le parent encadrant doit être un mélange de 3 ingrédients :

  • Une dose de sensibilité
  • Une dose de discipline
  • Et une dose d’exigence que je vais développer plus loin

Ce n’est pas facile certes, mais pas insurmontable non plus. Laissez vous guider.

Deuxième étape : Comprendre que votre situation ne peut plus durer

Pour passer d’un parent permissif ou autoritaire à encadrant…

Vous devez déjà comprendre que vous ne pouvez pas rester avec ce style de parentalité.

J’appelle cela le cercle de la motivation. Un cercle contre-productif.

Je m’explique.

Dans mon cas, la motivation positive, c’était de devenir un parent encadrant :

  • fixer des limites claires et qu’elles soient respectées
  • avoir confiance en mes ados
  • et surtout passer de bons moments avec mes ados et entretenir cette bonne relation au fil du temps

C’est bien sûr très encourageant d’imaginer qu’on puisse atteindre ces objectifs que nous nous sommes fixés.

Comme beaucoup de parents, nous avons tous, l’envie de bien faire, ce sont les Grands Idéaux.

C’est comme quand on a envie de suivre une recette…

Je vais prendre pour exemple un risotto saint jacques.

La recette à l’air simple, la photo donne envie et on se dit, je vais y arriver mais au final, le riz colle, les saint jacques sont trop cuites et surtout…

Rien ne ressemble à la photo !

Et c’est ce qui c’est passé avec mes ados.

Je n’avais pas vu venir ce qui allait suivre.

C’est la motivation négative.

En fait, je m’étais fixé des objectifs mais sans réellement mettre en application les actions pour les atteindre.

Je m’imaginais donc le pire, avoir une relation distante avec mes ados.

Avoir des conflits avec mes enfants.

Être rejeté, être pris pour un vieux qui ne comprend rien aux problèmes des ados…

Pour moi, il était clair que je n’avais pas d’autre choix que de changer.

Si la relation vous semble insupportable, comprenez bien que cette situation ne peut plus durer !

Troisième étape : Renoncer à être un parent parfait

J’ai compris que je n’étais pas un parent parfait doté de super-pouvoirs.

  • Avant d’essayer de vouloir changer absolument de style de parentalité.
  • Avant de mettre des règles en place.
  • Avant de chercher une quelconque amélioration.

Renoncer à la perfection !

JE ne suis pas un parent parfait, VOUS n’êtes pas des parents parfaits. (Désolé d’être aussi “trash” mais c’est pourtant vrai) #désillusion 

Les parents parfaits ça n’existent pas. J’ai fais des erreurs et vous en ferez aussi.

Quoique qu’il en soit, la prise d’une décision n’est pas toujours simple.

  • Que l’on mette telle règle en place ou non
  • Que l’on refuse une sortie
  • Que l’on réagisse de manière désagréable.

On ne peut jamais tout contrôler. Une décision c’est un mélange entre du rationnel et de l’émotionnel.

Ne regrettez pas les mauvaises décisions que vous avez pu prendre par le passé. Il ne faut pas s’en vouloir.

Vous ne pouvez pas revenir en arrière.

Vivez le présent et construisez l’avenir.

Ce qu’il faut retenir et se dire  :

“J’ai pris la meilleure décision que je pouvais prendre à ce moment-là.”

Quatrième étape : Devenir un parent encadrant

FORMEZ VOUS À LA PARENTALITÉ POSITIVE

Si vous me suivez depuis longtemps vous le savez peut-être, je suis toujours convaincu qu’être parent est un véritable métier ou plutôt une véritable occupation.

Ce qui fait qu’à l’époque j’avais :

  • Mon boulot principal (protection des personnes, gestion crise intra-familiale)
  • Mes spectacles de magie (oui je suis également magicien)
  • Mon métier de parent d’ados

J’avais 3 boulots !

Je ne suis pas un parent parfait mais en tout cas un super-parent ça oui ! 😂

Soyons sérieux. On ne naît pas parent, on le devient et on s’adapte en permanence.

Être parent d’ado, ce n’est pas inné. Ça s’apprend grâce à des méthodes, des outils…

« On ne naît pas parent, on le devient »

Françoise Dolto – source : https://www.zazzen.fr/blog/edito-2/post/on-ne-nait-pas-parents-on-le-devient-71

Bonne nouvelle !

Il n’a jamais été aussi facile de se former pour devenir parent d’ado.

Pour ma part, je me documente en permanence, j’échange, je me suis formé entre autres à la discipline positive chez l’ado de Jane Nelsen et Lynn Lott.

J’ai aussi créé pour vous des podcasts et des articles.

J’ai également produit des vidéos sur YouTube.

Pour aller plus loin dans votre accompagnement, j’ai également créé pour vous des programmes correspondant à vos besoins. Voir les programmes.

LÂCHER PRISE

L’un des conseils qui revient souvent sur mon blog et ma chaîne YouTube est :

De Lâcher prise.

Marcel Rufo

« Le métier des parents, c’est de savoir se séparer de ses enfants. »

Marcel Rufo – source : http://evene.lefigaro.fr/citation/metier-parents-savoir-separer-enfants-76845.php

Pourquoi ?

Tout simplement parce que c’est l’une des premières clés pour gérer un adolescent.

« Mais comment savoir si je dois lâcher prise avec mon ado ? »

C’est simple.

Êtes-vous un parent hélicoptère ?

Pour savoir si vous êtes un parent hélicoptère je vous invite à cliquer sur le lien ci-dessous pour comprendre votre situation et comment y remédier.

Le lien est juste ici : https://www.gerermonado.fr/le-lacher-prise

Je vous expliquerai notamment, comment j’ai fais pour passer d’un parent hélicoptère à un parent bienveillant et encadrant.

Retrouvez vous en Famille

Faites en sorte que les repas soient pris ensemble (une priorité) aussi souvent que possible.

Les repas sont une excellente occasion de parler des événements de la journée, de se détendre, de se renforcer et de créer des liens (pas de téléphone ou d’écrans).

C’est aussi la meilleure occasion de rester en contact avec la vie de votre adolescent, et de repérer les problèmes qui peuvent apparaître.

Nous avons toujours fait en sorte d’habiter à côté de l’école de nos adolescents.

Ils avaient la chance de pouvoir rentrer tous les midis à la maison pour manger avec nous, se détendre et faire une coupure.

Évidemment ce n’est pas possible pour tout le monde. j’en suis conscient.

Actuellement mes enfants sont devenus grands et la plupart n’habitent plus chez nous, mais il n’empêche que chaque week-end ou presque nous organisons un repas de famille !

Voir l’article : https://gerermonado.fr/le-plaisir-detre-a-table/

Repas de famille avec mes adolescents

Encouragez votre adolescent

Encouragez positivement son adolescent dans la pratique d’un sport, un art ou une activité.

En règle générale, les ados qui sortent de l’adolescence sans problèmes majeurs, sont ceux qui se sont passionnés pour une activité et qui ont développé un cercle d’amis autour de celle-ci.

Cela peut être :

  • du football
  • de la danse
  • devenir membre d’un club d’échec
  • du piano
  • du dessin

Peu importe ce que c’est.

Ce qui compte, c’est que vous vous impliquez et que vous l’encouragiez.

Faites des promenades. Assistez aux entraînements, aux matchs et aux spectacles.

Il n’est pas nécessaire de consacrer beaucoup de temps ou d’argent pour faire savoir à votre adolescent et à ses amis que vous vous intéressez à eux.

Faites savoir à votre adolescent et à son groupe que vous êtes prêt à :

  • consacrer votre temps
  • votre argent
  • et votre énergie au soutien d’une activité

Si vous ne trouvez pas le temps, et bien désolé mais je ne peux pas vous aider plus que ça…

J’ai 4 enfants et les 4 ont tous fait un instrument et un sport durant leur adolescence.

Alors oui cela avait aussi un coût financier. Mais je faisais également du foot, du tennis, du basket, avec mes fils dans le stade près de chez moi.

Ce que je vous propose de faire dès maintenant c’est de prendre un papier et un crayon.

Et de recopier l’exemple ci-dessous en l’adaptant à votre ado.

Encouragez votre adolescent

De ce fait, vous saurez dans quelles activités vous devrez vous impliquer.

“Oui, mais son seul centre d’intérêt ce sont les jeux vidéos !”

Pas de soucis, vous remplacez progressivement les jeux vidéos en l’encourageant à faire une autre activité.

Voir l’article : https://gerermonado.fr/ado-accro-aux-jeux-video/

Petite astuce : Un de mes ados était plutôt introverti. Nous l’avons encouragé à s’inscrire à la comédie musicale de son lycée. Ça l’a complètement métamorphosé.

Alternative

Aidez votre adolescent à trouver un emploi.

Si votre adolescent passe trop de temps à ne rien faire et n’a pas de sport ou d’activité, proposez lui de travailler.

Un emploi lui permet d’acquérir des compétences pratiques, d’occuper son temps libre et de se sentir bien dans sa peau. Quel plaisir de gagner son propre argent, c’est bon pour l’estime de soi.

FIXER DES LIMITES

Un ado comme un enfant a besoin de limites car ça le rassure. Bien évidemment, il essaiera de les repousser, de les franchir, c’est le jeu.

Aussi, il n’est jamais trop tard pour l’aider à prendre ses responsabilités et accepter qu’il fasse des erreurs mais pour commencer, il faut qu’il y ait une bonne relation entre lui et vous.

Je vois trop souvent des parents qui sont soit :

  • Trop permissifs, soit
  • Trop autoritaires. 

Cela signifie que vous devez cesser de le punir et commencer à l’écouter et à établir un lien avec lui. 

Voir le programme Family Connection afin de découvrir comment vous aussi vous allez pouvoir construire une relation avec votre ado en 7 jours.

De même si vous êtes trop permissif, instaurez des règles et des limites que votre ado aura validé.

Votre ado doit connaître également les conséquences s’il franchit la ligne jaune.

Vous devez également insister pour qu’il trouve des moyens pour réparer ses erreurs.

Un jour, je me trouvais à bord de ma voiture avec mes ados et j’ai dépassé volontairement la vitesse limite sur la voie express. 

Un de mes ados me l’a fait remarquer. Et c’est là que j’en ai profité pour passer un message.

“Si je continue comme ça, que va-t-il m’arriver ?”

“Et bien, tu vas te faire flasher et tu vas avoir une amende et des points en moins…”

Et c’est à cet instant que j’ai fait la relation avec ce que mes ados avaient droit de faire et de ne pas faire, et des conséquences… 

Il y a des limites à ne pas franchir sous peine de conséquence.

Cinquième étape : Protéger, alerter, secourir

La liberté offre beaucoup plus de possibilités de dangers.

Votre ado connaîtra la pression de ses copains ou copines pour fumer, boire, participer à des challenges débiles et dangereux (t’es pas cap !)

Comment peut-il résister à toutes ces sollicitations ?

Votre ado doit apprendre à résister, à dire NON !

Mais ils ont besoin de notre soutien, de notre aide et surtout d’un ancrage des valeurs qu’on a pu leur transmettre.

Pour faire simple, il existe 3 types d’ados :

  • Les influençables ou collaborateurs
  • Les résistants
  • Les conseillers d’urgence (ceux qui encouragent leurs amis à faire des choix sécuritaires et à leur offrir leur aide et soutien en cas de problèmes).

Nous devons protéger nos ados de toutes les pressions qui les entourent.

Quand ils étaient en primaire, les autres ne jugeaient pas la façon dont ton enfant était habillé, ce qu’il pouvait dire.

A l’adolescence, ce n’est plus pareil.

L’école malheureusement n’aide pas car il faut être dans le même moule… Il y a également la pression des devoirs scolaires et la réussite (je n’aimais pas les conseils de classe, je n’ai été qu’une seule fois délégué et lorsque j’y assistait, j’avais l’impression d’être devant un tribunal).

Les dangers, les pressions existeront toujours et l’ado doit expérimenter, c’est normal et formateur.

Alors que DEVEZ-VOUS faire ?

Vous devez vous intéresser à votre ado et mettre l’accent sur la sécurité personnelle, la santé, les choix qu’il doit faire (et savoir dire non) et sa prise de responsabilité.

Le message que vous faites passer doit également comporter les conséquences du non-respect des limites que vous avez fixées avec lui ou elle.

Mais vous devez également aider votre adolescent à réussir en le motivant et en l’encourageant sans lui rajouter des pressions.

Comprends que votre adolescent va faire des expériences et qu’il va connaître des échecs et faire des erreurs.

Ce serait trop beau si ce n’était pas le cas.

La question est alors de savoir quand et comment votre ado fera ses expériences et quelle en sera la nature, et quel rôle vous devrez jouer pour veiller à ce que votre jeune fasse des choix sécuritaires et responsables. 

Vous devez accepter la réalité de ses comportements et atteindre un équilibre entre sensibilité et fermeté.

Donc comme vous l’aurez compris, votre rôle de parent est de protéger votre adolescent des dangers grâce à la transmission de bonnes valeurs comme :

  • Ne pas voler,
  • Ne pas être violent,
  • Ne pas fumer,
  • Ne pas boire… 

Vous pouvez l’alerter en discutant également avec elle ou lui en vous appuyant sur l’actualité, sur une expérience vécue…

Et lorsque votre ado a commis une erreur, a fait une mauvaise expérience, à vous d’être présent pour trouver la solution au problème : c’est secourir.

Voir le guide : Comment communiquer avec son ado

Conclusion

Comme vous l’aurez compris, être parent n’est pas facile mais le principal à retenir est de toujours faire de notre mieux avec bienveillance et beaucoup d’amour.

Pour gérer un adolescent difficile, il faut comprendre que nos adolescents sont fragiles et subissent des changements physiques, psychologiques, psychiques les plus forts de leur vie.

Ayez du respect pour eux mais faites vous également respecter.

Soyez patient car un adulte autonome et responsable ne le devient pas en un jour. 

Et surtout, créez et entretenez une belle relation avec votre ado pour une famille heureuse, unie et sans conflit.

Philippe