Sélectionner une page

Le collège/lycée est une période charnière dans la vie d’un adolescent – et il peut aussi être une période très difficile.

Les concepts deviennent plus difficiles, la charge de travail augmente et la pression de la préparation des études universitaires s’accroît.

Certains enfants commencent à avoir des difficultés. Savez-vous quoi faire lorsque votre ado est en échec scolaire ?

Comme peuvent en témoigner de nombreux parents dans cette situation, cela ne se fait pas du jour au lendemain.

Pour un enfant, échouer à l’école est une progression de: devoirs manqués, de jours classes sautées et d’examens ratés.

En tant que parent, il est très important que vous vous attaquiez rapidement au problème et que vous remettiez votre enfant sur les rails avant qu’il ne déraille complètement.

ado en échec scolaire

Identifier le problème de cet échec scolaire

Il peut y avoir plusieurs raisons pour lesquelles votre enfant est en échec scolaire. Il se peut qu’il ne comprenne pas la matière, qu’il ait du mal à gérer le temps entre les travaux scolaires et le sport, ou qu’il ne fasse tout simplement pas le travail.

La première année est souvent la « première fois qu’un élève est vraiment mis au défi ». C’est la première fois que l’école n’est pas facile, et ils ne savent pas comment gérer cela.

Ils ne font tout simplement pas l’effort mental nécessaire pour apprendre la matière, que ce soit en classe ou à la maison.

Les ados ne savent tout simplement pas comment étudier, alors ils sont réticents à faire la pratique et à donner l’attention nécessaire pour comprendre ce qui n’est pas clair..

Trop d’élèves arrivent en retard en classe, n’apportent pas de matériel, ne rendent pas leurs devoirs et n’étudient pas pour les examens.

Cependant, de nombreux élèves sont également confrontés à des problèmes à la maison, ce qui a un impact sur leurs résultats scolaires globaux.

Il faut donc déterminer si le problème provient d’un manque de compréhension, d’un manque de motivation ou d’un problème personnel.

Quel que soit le problème de votre ado, il est important de demander de l’aide avant que le problème ne devienne incontrôlable.

Appelez à l’aide

Prenez rendez-vous avec l’enseignant de votre enfant si vous n’avez pas encore été contacté. Généralement les professeurs informent les parents lorsqu’un élève a une ou deux mauvaises notes par rapport à ses performances passées.

Certains enseignants prennent contact avec un élève en échec scolaire avant de contacter le parent. Par exemple l’enseignant demande un tête-à-tête avec son élève afin d’aborder le ou les problèmes, il tente de trouver la raison de la mauvaise note, puis mettent en place un « plan d’action » pour le remettre sur la bonne voie.

L’enseignant peut suggérer des ressources supplémentaires pour aider votre ado. Par exemple, des lycées proposent un tutorat gratuit par les pairs et par l’enseignant pendant la semaine scolaire – avant et après l’école.

Encouragez les ados à profiter de toute l’aide aux études disponible dans leur école.

ado en échec scolaire que faire

Conseils aux parents pour un ado en échec scolaire

Voici six conseils pour aider votre ado à réussir au collège/lycée – et à surmonter les échecs scolaires :

  • Soyez proactif
    Si vous savez que votre enfant prend du retard dans ses travaux scolaires ou ne réussit pas bien en termes de notes, parlez-en immédiatement à l’enseignant – avant que cela ne devienne un problème dans cette classe.
  • Exprimez clairement vos attentes et respectez-les
    Les notes de votre fille ont-elles baissé ? Il est temps de lui retirer certains de ses privilèges. Prenez également contact avec son professeur et informez-le des attentes que vous avez placées dans votre enfant.
  • Assistez aux rendez-vous parents-profs
    Les élèves dont les parents assistent régulièrement à des rendez-vous ont tendance à avoir de meilleurs résultats scolaires.
  • Utilisez les cahiers de notes en ligne
    Toutes les écoles fournissent des identifiants personnalisés pour les parents et les tuteurs. Informez vos ados que vous vérifiez leurs notes et contactez les enseignants si vous avez des questions ou des inquiétudes.
  • Créer une routine
    Cela devrait inclure le temps des devoirs après l’école et le dîner ensemble – sans téléphone. Bien que cela puisse être difficile, les parents et les tuteurs doivent avoir le contrôle et fixer des règles pour l’utilisation du téléphone, des jeux vidéo et autres si les notes de leur ado ont baissé.

Évitez les distractions telles que le téléphone, les jeux vidéo, les sports et les amis jusqu’à ce qu’il soit capable de gérer ses devoirs.

  1. Ne croyez pas tout ce que les ados vous disent
    Oui, vous avez bien lu. Les élèves qui ont tendance à l’échec scolaire (et même ceux qui n’y ont pas tendance) ont tendance à mentir sur ce qui se passe à l’école et en classes.

Ils peuvent vous dire que l’enseignant ne les aime pas, mais le problème peut être que l’enfant a un problème de comportement. Ils disent peut-être que le professeur va trop vite.

Si c’est le cas, votre enfant ne posera peut-être pas de questions s’il en a. Envoyez un mail à l’enseignant pour savoir ce qui se passe exactement dans la classe.

Aidez-le à réfléchir à ses envies et à se projeter dans l’avenir

En France, 100 000 jeunes sortent chaque année du système scolaire sans diplôme et sans qualification, ce sont les chiffres du ministère et ils datent d’avant la crise sanitaire. La situation s’est encore aggravée depuis. La commission européenne a créé un acronyme en 2010 pour désigner ces jeunes : les NEET (Not In Employment, Education or Training) et leur nombre est évalué à deux millions dans l’hexagone.

Il existe pourtant des solutions face à ces difficultés, petit tour d’horizon des pistes à envisager face au décrochage scolaire.

Passer un test d’orientation

Parfois, le décrochage scolaire vient d’une difficulté à se projeter dans un métier et donc dans des études.

Difficile de trouver de la motivation quand on ne sait pas vers quoi aller. 

En lui proposant de passer un test d’orientation, vous pouvez lui donner l’opportunité de mieux saisir les domaines qui l’intéressent et les métiers vers lesquels il aimerait se tourner.

Dans d’autres situations, l’adolescent a des idées précises sur ses envies, mais elles ne conviennent pas à ses parents, qui le poussent dans une voie “plus sérieuse”. 

Le risque est de voir le jeune perdre tout intérêt pour des études qu’il subit et qu’il finisse par décrocher.

Il est important d’accepter que votre enfant puisse avoir des idées et des désirs différents des vôtres.

Il est plus constructif de l’aider à élaborer un projet solide à partir de ses propres envies et de lui permettre de se confronter à la réalité.

Si par exemple son rêve est de devenir youtubeur, cela peut vous faire peur, mais peut-être faut-il l’aider à analyser les compétences nécessaires et l’accompagner dans la recherche de formation dans

  • L’audiovisuel,
  • Le marketing digital
  • La communication
  • La technique photo et vidéo.

Et s’il ne parvient pas à son objectif initial, il aura malgré tout acquis bien plus de compétences et de connaissances en suivant un cursus qu’il a choisi et qui l’intéresse vraiment.

Lui trouver un coach virtuel

Si votre adolescent refuse de voir un conseiller, sur le site hello-charly.com, il peut passer des tests gratuits avec un coach virtuel.

Les tests proposés utilisent l’intelligence artificielle pour suggérer des formations ou des métiers, à partir des résultats à plusieurs questionnaires allant du test de personnalité à des évaluations de compétence et de gestion du stress.

Que la démarche soit réalisée avec un coach virtuel ou avec un conseiller, réfléchir à ses envies et à son orientation est une piste intéressante, car elle peut redonner des perspectives à un jeune jeune qui n’en voyait plus.

Chercher des écoles alternatives

En France, nous avons un modèle pédagogique unique dans le système public classique. Il existe pourtant de nombreuses pédagogies et bien des pays les utilisent avec grand succès dans leurs écoles publiques (l’Allemagne, la Suède, la Finlande, le Canada par exemple).

Un modèle unique ne peut convenir à tous les enfants.

Proposer à votre enfant des alternatives peut se révéler très aidant pour lui, il peut ainsi découvrir d’autres méthodes d’apprentissage, peut-être plus adaptées à son fonctionnement cognitif. 

Deux pistes à creuser pour un adolescent en souffrance et en décrochage scolaire :

Les écoles démocratiques

Ces établissements placent la démocratie au cœur de leur pratique.

Elles fonctionnent sur le principe des apprentissages menés par l’enfant, en leur offrant un environnement le plus riche possible et en leur permettant ainsi de creuser leurs propres intérêts, dans le respect de règles démocratiques et de valeurs telles que la justice, le respect et la confiance.

Il n’y a donc pas de programme imposé.

Il faut savoir cependant que ce sont des écoles privées fonctionnant le plus souvent sans subvention.

Elles sont donc coûteuses. 

Les écoles de la deuxième chance

Les écoles de la deuxième chance en revanche sont gratuites. Elles s’appuient sur des outils ludiques et sur des sorties. Les apprentissages sont dispensés autour de thèmes comme la culture, la nature ou le sport pour rendre aux enfants leur confiance en eux et les aider à retrouver le plaisir d’apprendre. 

Il en existe 133 en France, elles accueillent des jeunes de 16 à 26 sans diplôme pour une durée comprise entre 4 mois et 2 ans. La formation est accompagnée d’un stage rémunéré et ces écoles ont des taux de réussite intéressant (près des deux tiers des jeunes ont une « réinsertion » positive à la sortie).

Se tourner vers des formations plus concrètes

Pour certains adolescents, les apprentissages sont trop abstraits et ils ne voient pas où les mènent l’école.

Ils ne voient plus l’utilité de ce qu’ils apprennent.

Dans ces cas, une confrontation au monde du travail et à des formations plus pratiques peut leur donner un nouvel élan.

L’apprentissage

L’apprentissage permet d’acquérir une qualification, en apprenant et en découvrant un métier concret, avec des perspectives d’emploi souvent intéressantes.

Il est possible de se tourner vers des formations en alternance dans des centres de formations d’apprentis (CFA) ou vers des formations d’excellence comme celles des compagnons du devoir.

Ils recrutent à partir de 16 ans sur entretien et les formations proposées sont très variées.

Le service civique

Les jeunes à partir de 16 ans peuvent faire un service civique.

Il s’agit de missions d’intérêt général en France ou à l’étranger et elles permettent aux jeunes de bénéficier d’un accompagnement en parallèle.

Unis-Cités par exemple est une association qui accompagne les jeunes en service civique dans la construction d’un projet avec un suivi personnalisé, des actions de coaching, la visite d’entreprise, etc.

Les cours par correspondance et l’instruction en famille

Il existe enfin des situations dans lesquelles la difficulté n’est pas l’instruction, mais l’école elle-même. Les raisons peuvent être diverses.

Par exemple, d’après les chiffres du ministère de l’éducation nationale, 700 000 élèves vivent chaque année des situations de harcèlement grave à l’école.

Dans d’autres cas, les élèves subissent un grand stress face à la pression, sont en mal être, ou rencontrent des difficultés avec un enseignant.

Or, en France, si l’instruction est obligatoire, l’école ne l’est pas.

Permettre à votre adolescent de poursuivre son instruction en famille peut être une excellente façon de faire baisser la pression, de laisser souffler un enfant en souffrance, tout en lui permettant de travailler à son rythme.

L’instruction en famille permet de privilégier des apprentissages plus adaptés à un enfant avec des besoins spécifiques ou de faire appel à un cours par correspondance pour garder du cadre.

En matière de prestataire de cours par correspondance, il existe de nombreuses options.

La plus connue est le CNED (centre national d’enseignement à distance).

Il propose des cours d’excellent niveau, un accompagnement à distance et la possibilité de renvoyer des devoirs à des professeurs.

Mais vous pouvez aussi vous tourner vers d’autres écoles à distance, avec des méthodes pédagogiques différentes et des coûts variables.

Allez voir par exemple du côté des :

Enfin, quelles que soient les difficultés qui conduisent un adolescent au décrochage scolaire, se faire accompagner soi-même pour mieux le soutenir et l’aider à trouver des solutions est toujours une option pertinente.

N’hésitez pas à nous contacter pour avoir plus d’informations sur les accompagnements que nous proposons.

Conclusion

Mon ado est en échec scolaire que faire ? Lorsque votre ado est en échec scolaire, le changement de mauvaises notes en bonnes notes est l’effort conjoint des parents, des enseignants et de l »élève.

Les parents doivent participer à l’éducation de leurs enfants. En tant que parent, la meilleure chose que vous puissiez faire est de vous impliquer, d’être cohérent, de soutenir et d’être patient.

J’ai créé pour vous un accompagnement offert sur la réussite scolaire avec une partie théorique et une partie pratique , pour rejoindre l’accompagnement cliquez-ici