3 habitudes pour rester zen quand tu as des ados à la maison ?

Nos 4 ados nous donnent rarement mais de temps en temps du fil à retordre.

Tout le monde a ses petites habitudes, petites manies pour combattre le stress ambiant et retrouver un moment de zénitude. En effet, nous avons besoin de sérénité, de calme, se retrouver et encore plus lorsque nous avons des ados à la maison. Je vais alors vous raconter mes 3 façons d’être zen en tant que papa d’ados en réponse à ma participation à l’évènement du blog « Habitudes Zen » d’Olivier ROLAND : 3 habitudes indispensables pour être zen au quotidien.  J’apprécie beaucoup ce blog, et mon article préféré est celui-ci qui t’explique les 10 avantages de se lever tôt et comment le faire.

J’ai vraiment l’impression de me répéter tout le temps, encore ce matin…
C’est le week-end et demain matin, ils me diront qu’ils n’ont plus rien à se mettre sur les fesses. « Range ta chambre et va mettre ton linge sale dans la corbeille ». L’information que je donnes est facilement compréhensible. Seulement, je ne sais plus comment tourner ma phrase, je me demande même s’ils ne parlent pas une autre langue que moi car l’information n’a pas été comprise et n’a surtout pas été suivie d’effet. Et là, je sens monter en moi une chaleur qui monte dans la poitrine, le cou pour ensuite créer un court circuit dans ma tête…
Hop hop hop, on arrête tout et on se pose.

1) La cohérence cardio respiratoire

Dans un premier temps, il faut s’éloigner du sujet ou de la chose qui te génère le stress. Le sujet, c’est l’ado et la chose ce sont les vêtements au sol dans sa salle de bain.

J’ appliquer une technique pour rééquilibrer mon système nerveux par la respiration. Je fais ainsi retomber la pression et obtenir des effets positifs sur mon organisme.

Il existe plusieurs exercices et voici celui qui me procure le plus d’effets. Je ralentis ma respiration jusqu’à atteindre un rythme de 6 respirations par minute en inspirant 5 secondes et en expirant 5 secondes également. Fais cet exercice à l’extérieur de préférence ou dans une pièce aérée (ouvre la fenêtre, c’est mieux).

Pour ma part, ça fonctionne très bien car je suis d’un tempérament hyperactif qui monte très vite en régime (mon père était pareil, merci papa). J’aimerai être d’un calme olympien mais il n’en n’est pas ainsi.

2) Chanter ou pratiquer un instrument de musique.

Chanter, fredonner un air permet de se recentrer sur soi-même. Il suffit de sortir quelques notes de musique de sa bouche ou d’un instrument pour que la respiration se cale sur le rythme.

Face à ton ado, j’aurais pu me mettre en colère pour libérer les tensions mais d’un autre côté, les tensions que j’évacue se figer entre moi et mon enfant.

En pratiquant la musique ou le chant, tu peux l’adapter à ton état. Tu as envie d’évacuer les tensions, joue ou chante un air cacophonique, tu veux t’adoucir, choisit un air mélodieux.

Le pouvoir musical procure des sensations diverses, pourquoi tes poils se dressent lorsque tu es subjugué, il s’agit d’une réaction physique dont les effets se répercutent sur le bien-être.

Je ne sais pas jouer d’instrument de musique, je ne sais pas bien chanter, je n’ai pas d’excuses, je me mets devant ma tablette ou mon ordinateur pour lancer une application de karaoké. Tu sélectionnes la ou les chansons que tu veux interpréter et… « c’est parti pour 90 minutes de bonheur musicale ! »

3) Mon chien, mon antidépresseur.

S’il y en a bien un qui ne fait jamais la tête, qui est toujours là pour m’accueillir lorsque je rentre de la maison, c’est mon chien, une petit cavalière King Charles se prénommant « Jazz ».

Rien que le nom, ça donne envie de swinger. Jazz fait partie de la famille et elle nous le rend bien.

Je sens une montée de pression, un volcan qui bouillonne en moi. Avant l’irruption, je me dirige vers Jazz. Fine psychologue, grâce à sa communication olfactive, elle décrypte mon mal-être. Elle sait qu’elle va recevoir des caresses, elle s’allonge alors que je m’approche en avançant ma main. Sentir son cœur battre ralentit le mien et m’apaise. Si ce n’est pas suffisant, je récupère la laisse accrochée dans l’entrée. Jazz sait qu’une balade se prépare. Pendant cette promenade, je regarde la nature autour de moi, les arbres avec ses bourgeons puis ses fleurs au printemps , ses fruits en été, ses feuilles multicolores en automne et en hiver… pas de sortie du chien, il fait moche…

Pour éviter le tumulte de la ville, fais quelques kilomètres en voiture pour te balader dans un parc ou une forêt, lieu de ressourcement et de libération de tes émotions. Respire…

Rester zen, ce sont des petites actions au quotidien pour recentrer ses émotions et prendre également soin de soi et des personnes qui t’entourent.

Je vous souhaite beaucoup d’amour autour de vous.

Philippe VISSET